Marché immobilier 2020 : à quoi s'attendre ?

Retour
Tendances REALITES_tendances immo 2020

Marché immobilier : à quoi faut-il s’attendre pour 2020 ?

Avec un niveau record du volume de transactions dopé par des taux d’intérêt historiquement bas, 2019 a été un cru exceptionnel pour le marché immobilier. Valeur refuge pour les Français, la pierre représente toujours un investissement privilégié et 2020 ne devrait pas changer la donne. Malgré un léger repli annoncé de l’activité, cet engouement devrait perdurer et maintenir une hausse des prix dans les grandes villes. Voici les prévisions pour 2020 :

 

Taux de crédit immobilier : pas de hausse significative en vue

C’est une très bonne nouvelle pour tous ceux qui souhaitent concrétiser un projet immobilier en 2020 : les taux d’intérêt des crédits immobiliers ne devraient pas augmenter sur le premier semestre, voire même sur toute l’année 2020. En raison d’indicateurs de croissance et d’inflation assez pessimistes, la Banque centrale européenne ne devrait pas revoir sa politique monétaire avant la fin de l’année. Le maintien de taux bas, associé à l’allongement de la durée des crédits et au besoin quasi inexistant d’apport personnel pour contracter un emprunt devraient prolonger les conditions favorables d’accession à la propriété.

 

Une hausse modérée des prix dans les grandes villes

Côté prix, la hausse se poursuit et les experts de l’immobilier n’attendent pas de retournement de situation pour 2020, au contraire. À Paris, en Île-de-France et dans les grandes villes de province, la hausse des prix des logements va s’accentuer, portée par des zones économiques très dynamiques et le manque de nouvelles constructions.

Si cette inflation est plus prononcée dans les métropoles, les zones rurales ne connaitront pas d’augmentation, mais plutôt d’une stabilisation des prix. À défaut d’événement économique majeur, les prix des maisons et appartements vont donc continuer à s’envoler dans les grandes villes, que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien, même si la hausse s’annonce toutefois plus modérée qu’en 2019.

 

Une concurrence toujours forte entre les banques 

Les banques se livrent une bataille féroce pour récupérer des clients et des profils intéressants. Cependant, cette année 2020 pourrait montrer un durcissement des conditions d’attribution des prêts, notamment à cause des recommandations du HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière), qui invite les banques à être plus sélectives. Les directives sont claires : stopper l’allongement de la durée des prêts en n’accordant plus de crédit au-delà de 25 ans et s’assurer que le montant des mensualités de crédit n’excède pas 33 % des revenus du ménage. Pour autant, les banques se montrent déjà très vigilantes et la concurrence devrait rester très forte, toujours au profit des emprunteurs.  

 

Défiscalisation et aide à l’accession : peu de changement dans les dispositifs

Le PTZ a échappé de peu à un coup de rabot de la part du gouvernement : en effet, le PTZ devait être supprimé fin 2019 pour l’achat d’un bien immobilier neuf dans les zones détendues (B2 et C), c’est-à-dire les zones où la demande en logement reste faible. Finalement, le PTZ est maintenu pour 2020 selon les mêmes conditions.

Également reconduits pour 2020 : les dispositifs de défiscalisation Pinel et Denormandie. Pour rappel, la loi Pinel accorde aux investisseurs une réduction d’impôt pour l’achat d’un logement neuf loué sous conditions pendant 6, 9 ou 12 ans. La loi Denormandie, dispositif fiscal qui permet également d’obtenir une réduction d’impôt, mais pour un investissement dans l’ancien, se prolonge jusqu’en 2022. Petite nouveauté cependant : le dispositif s’étend maintenant à l’ensemble du territoire des communes éligibles, et plus uniquement aux centres-villes comme c’était le cas en 2019.  

Pas de grande évolution en vue, donc, pour le marché de l’immobilier. Face à cette conjoncture favorable, primo-accédants ou investisseurs, découvrez dès maintenant tous les programmes immobiliers REALITES pour mener à bien vos projets immobiliers en 2020.

À lire aussi sur le même thème

L’âge moyen du primo-accédant baisse depuis 3 ans

Partager
Tendances